admin, Auteur à Maisons Bois Naturellement
Posts By :

admin

masque-actu-polesante

Maison de Santé Pluridisciplinaire de Pleumeur-Bodou (22)

Construction d’une maison de santé pluridisciplinaire en ossature bois

Dans le cadre du partenariat exclusif conclu entre le Groupe TRECOBAT et OFFICE SANTÉ, MAISONS NATURE ET BOIS construit actuellement une Maison de Santé Pluridisciplinaire à Pleumeur-Bodou, une commune de 4000 habitants située dans les Côtes d’Armor (22).

 

Le bâtiment à ossature bois de 320 m² de surface de plancher sera livré au cours du premier trimestre 2017 et offrira aux patients et professionnels de santé une structure d’accueil moderne et agréable.

Masque-actu-Mureno

Mureno© : votre maison retrouve une seconde jeunesse…

Confiez votre projet de rénovation à un interlocuteur unique et expérimenté !

Fidèle à son souhait de répondre aux attentes de ses clients, le groupe Trécobat© déploie actuellement une nouvelle activité dans le Nord Finistère : au travers de sa nouvelle marque Mureno©, nous proposons désormais de prendre en charge la rénovation globale de votre maison individuelle. Nous mettons en œuvre les solutions techniques les plus innovantes en matière d’amélioration des performances énergétiques, d’agrandissement, d’aménagement intérieur et de rénovation architecturale . De quoi donner un coup de jeune à votre habitation !
Doté d’une solide expérience en matière de gestion de projets de construction, M. Yannick MONZ, votre conseiller et interlocuteur unique Mureno© gère votre projet dans sa globalité, pour que votre rêve devienne réalité. Il vous accompagnera tout au long des phases de déroulement du projet, depuis la phase de découverte et d’étude de votre projet, jusqu’à l’achèvement complet des travaux.  Grâce au rétro planning qui vous sera remis par votre conseiller, vous pourrez facilement suivre l’évolution du chantier et connaître la durée d’intervention de chaque corps de métier.

Enfin (et surtout !) le groupe Trécobat, membre de l’Union des Maisons Françaises, vous permet de sécuriser votre projet grâce à la signature d’un CCMI (Contrat de Construction d’une Maison Individuelle). Ce contrat vous protège, vous donne de nombreuses garanties, et vous évite toutes mauvaises surprises : vous avez l’assurance que vos travaux seront achevés à prix et délai convenus.

L’esprit de Mureno© ? Faire rimer « rénover » avec « sérénité » !

Masque-actu-SB29

Zoom sur… Le chantier du futur Centre d’Entraînement des Professionnels du Stade Brestois 29

« Ici, c’est Trécobat ! »

Le Centre d’Entraînement des Professionnels du Stade Brestois 29 est un centre de vie de 650 m2 comprenant un grand vestiaire de 28 places, des salles de travail et une pièce de vie.

Les travaux ont démarré le 5 juillet par le terrassement et la construction des fondations qui ont accueilli, fin juillet, l’ossature bois du bâtiment. Au bout d’un mois, le bâtiment était déjà hors d’eau hors d’air ! Depuis, le chantier avance vite et bien : l’ensemble des murs à ossature bois est à présent en place, la charpente est montée, et les menuiseries sont en place. La pose des panneaux décor à l’extérieur va pouvoir commencer pendant qu’à l’intérieur les plaquistes se concentrent sur la pose des cloisons.

La structure est composée de 39 murs à ossature bois. La fabrication de ces derniers a nécessité 450 heures de travail, auxquelles il faut ajouter 60 heures consacrées à la préparation en atelier des planchers et aux modules de toiture (ce qui permet de gagner du temps sur le chantier).

L’une des caractéristiques principales de la structure en ossature bois tient à son mode constructif, qui allie légèreté et rigidité. Les éléments, réalisés et assemblés en atelier, disposent d’une grande souplesse de forme, ce qui permet tous les styles, toutes les formes (même les formes incurvées ou cintrées) et toutes les audaces !  Le lamellé-collé, autorise par ailleurs les portées importantes, ce qui permet donc d’imaginer de grands volumes, sans pilier de soutien gênant. Le bâtiment peut, enfin, être personnalisé à l’infini, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, par le biais de bardages, de volets à claire-voie, de brises lumières, etc…

Il s’agit-là d’un projet de grande ampleur, à l’image de l’importance de ce nouveau lieu de vie pour l’avenir du club et de ses joueurs.  A suivre…

maison-bois-lorient

Visitez une maison bois à Lorient le samedi 21 juillet!

Venez découvrir cette Maison à Ossature Bois BBC, qui présente sur une surface de 100 m², une pièce de vie semi ouverte sur la cuisine donnant accès à une terrasse, 4 chambres, 2 salles d’eau, un cellier et un atelier ; le mélange de matériaux et de couleur des bardages soulignant une architecture volontairement contemporaine.

Samedi 21 juillet de 10h à 18h non stop

Adresse : Lotissement Ker Sioul à Kervignac (Saint Antoine) Code postal : 56 700

Un fléchage sera mis en place depuis le rond point de la Guardeloupe et sur la route d’Hennebont à Brandérion

RT2012 et RT2020

La maison en bois : un marché d’avenir !

Le cabinet d’études économiques sectorielles Xerfi, vient de publier les résultats de son étude intitulée « Les maisons en bois, marché d’avenir pour la construction ? ». Selon les experts Xerfi, ce marché est en plein boom et ce n’est qu’un début !

RT2012 et RT2020

La maison bois est naturellement écologique et économique.

Le marché de la maison en bois a de belles années devant lui ! C’est ce qui ressort des conclusions de l’étude réalisée par Xerfi. Et de fait, encore confidentielle dans les années 90, la maison en bois séduit depuis un nombre croissant de Français : « les mises en chantier de ces maisons ont bondi de 400 % entre 2001 et 2011 (à 26 000 unités) pour représenter 10 % des logements individuels construits ». Comment expliquer une telle effervescence sur le marché de la maison en bois ? Selon Xerfi, plusieurs facteurs peuvent être évoqués parmi lesquels « la nouvelle réglementation thermique – qui consacre les bâtiments basse consommation (BBC) – et par l’intérêt croissant porté par les acquéreurs aux constructions « écologiques ». Clairement, la maison en bois répond aux grandes aspirations des Français pour toujours plus de confort, d’économie et de douceur de vivre. « Pour preuve, la maison en bois a représenté 25% de la construction de logements individuels certifiés BBC. Le bois s’impose comme un matériau fiable, dans l’air du temps, et qui répond aux

exigences environnementales des autorités et du grand public. » Et si, dans l’immédiat Xerfi anticipe un « trou d’air du marché en 2012 et 2013, pour cause de conjoncture difficile, d’inflation du prix des maisons, et de perte d’attractivité du crédit, le marché repartira à la hausse ». Les estimations tablent ainsi sur un total de « 13 % des logements individuels construits d’ici 2015 » pour la maison en bois, soit « des résultats supérieurs à ceux du marché de référence ».

L’ossature bois, le booster du créneau

Si pendant longtemps la maison en bois a souffert d’un prix de fabrication dissuasif, avec l’arrivée sur le marché des unités industrielles nouvelles générations comme l’atelier Nature & Bois, la donne est entrain de changer. Et de fait, avec la technique de l’ossature bois, le coût de réalisation tend à baisser pour un rendu toujours plus qualitatif et conforme aux prochaines exigences de la RT2012. Cette démocratisation du coût de construction a largement influencé le profil type des acheteurs. Désormais, les primo-accédants et les familles à revenus modestes peuvent eux aussi profiter du confort incomparable d’une maison bois. Pour les extensions aussi, l’ossature bois devient compétitif. Plus légère qu’une construction traditionnelle, l’extension bois ouvre de nouvelles opportunités aux ménages en rendant possible une surélévation par exemple ou en venant ajouter une pièce supplémentaire sur un terrain pentu là où jusqu’à maintenant il aurait fallu casser sa tirelire pour construire en parpaings. Tous ces éléments font qu’aujourd’hui, la maison en bois s’installe de plus en plus dans les mœurs. Et si le prix pratiqué reste encore légèrement supérieur à une construction classique, l’obligation prochaine, dès le 1er janvier 2013, de construire selon les nouveaux termes de la RT2012, va encore réduire l’écart. La construction bois pourra alors largement profiter à tous puisqu’elle permettra de construire écolo et économe, sans coûts ajoutés. Pour mémoire, la RT2012 fait faire un grand bond en avant à la construction françaises. En effet, cette nouvelle norme impose des exigences de résultats aux constructeurs. La maison construite doit être naturellement très économe quelque soit le mode de chauffage choisi. Sa consommation d’énergie ne peut dépasser 50 kWhep/m² maximum par an contre 150 kWhep/m²/an en moyenne aujourd’hui.

Pour en savoir plus sur nos solutions bois, visitez nos sites dédiés : maison-ossature-bois.com et extenbois.fr

Inauguré fin 2011, le nouvel atelier Maisons Nature & Bois est un outil à mi-cghe

L’Atelier Maisons Nature & Bois à l’honneur sur France 5

Le 16 mai dernier, l’Atelier Maisons Nature & Bois, filiale Trécobat, a été mis à l’honneur dans le cadre de l’émission La Maison France 5.

Inauguré fin 2011, le nouvel atelier Maisons Nature & Bois est un outil à mi-cghe

Chaque semaine, l’émission La Maison France 5 propose aux téléspectateurs des escales architecturales de choix dans les régions françaises. Le 16 mai dernier, l’animateur Stéphane Thébaut a choisi de poser ses valises et ses caméras du côté de la Bretagne pour enquêter en profondeur, comme il le fait chaque semaine, sur les tendances actuelles dans l’habitat. Parmi les sujets développés, l’un d’entre eux s’est focalisé sur la maison à ossature bois préfabriquée imaginée par l’Atelier Maisons Nature & Bois.

Ce reportage diffusé dans la rubrique « Agir » a démontré qu’il est aujourd’hui possible de construire simplement une maison ou une extension économe labellisée BBC selon les techniques de l’ossature bois.

Tout au long de ce reportage, les experts Maisons Nature & Bois ont présenté dans le détail le concept du MOB (Mur à Ossature Bois) prêt-à-poser BBC.

Les téléspectateurs ont ainsi pu découvrir que le mur à ossature bois conçu par Maisons Nature & Bois allie performance, légèreté, solidité, pérennité et facilité de mise en œuvre grâce à son ossature spécifique. Champion de l’adaptable, le mur à ossature bois épouse toutes les dimensions et les formes pour répondre à toutes sortes d’utilisations constructives, quelle que soit la nature du terrain et la conformation des lieux.

Le procédé de fabrication industrialisée développé par l’Atelier Maisons Nature & Bois permet de proposer un assemblage au millimètre près pour une mise en œuvre simplifiée.

Livré prêt-à-poser partout en France, le mur à ossature bois Nature & Bois intègre une isolation renforcée qui permet de garantir une étanchéité à l’air maîtrisée et contrôlée garantissant un niveau de qualité certifiable BBC.

aide

Quelles aides pour la construction d’une maison BBC en 2012 ?

2012 est une année charnière pour le BBC ! En effet, si actuellement le BBC dans le neuf n’est pas encore une norme obligatoire, au 1er janvier 2013, toutes les constructions neuves devront être certifiées BBC ! En attendant ce moment, des aides restent accessibles en 2012 pour les futurs propriétaires d’une maison BBC.

Le crédit d’impôt

En 2012, vous pouvez bénéficier du crédit d’impôt développement durable pour certains équipements dans les constructions neuves. Ce crédit d’impôt peut être accordé dans le neuf pour l’achat de matériels utilisant les énergies renouvelables pour la production de chaleur et d’électricité (solaire, éolien, hydraulique, bois ou autre biomasse), de pompes à chaleur et d’équipements de raccordement à un réseau de chaleur.

A noter : À compter du 1er janvier 2013, ce dispositif ne sera pas reconduit pour les logements neufs. À cette date, la nouvelle réglementation thermique RT 2012 imposera une efficacité énergétique importante aux bâtiments neufs à usage d’habitation.

Le PTZ+

Le prêt à taux zéro+ est sans intérêts. Seuls les ménages qui n’ont pas été propriétaires de leur résidence principale au cours des deux dernières années peuvent en bénéficier, sous conditions que les revenus n’excèdent pas un plafond fonction de la localisation du logement et de la composition du ménage. Ce plafond de revenus varie ainsi de 26 500 € (logement en zone B2 ou C avec un seul occupant) à 139 200 € (logement en zone A avec 8 occupants ou plus).

Le logement éligible doit être la résidence principale occupée au moins 8 mois par an. Ce logement peut être une maison individuelle ou un appartement. Dans le cadre d’un projet en neuf, il peut s’agir d’un logement à construire, d’un logement neuf jamais occupé, ou d’un local non destiné à l’habitation, aménagé en logement.

Le PTZ+ ne peut faire l’objet que d’une seule demande par ménage.

Son montant est calculé en appliquant un pourcentage au coût de revient TTC de l’opération (hors frais de notaire et droits d’enregistrement), dans la limite d’un plafond et ne peut excéder le montant du ou des autres prêts d’une durée supérieure à deux ans concourant au financement de l’opération. Pour les logements neufs répondant aux normes BBC, le pourcentage appliqué est de 38 % pour la zone A, 33 % pour la zone B, 29 % pour la zone B2 et 24 % pour la zone C.

La durée de remboursement d’un PTZ+ est comprise entre 8 et 25 ans et est fonction des revenus de l’emprunteur : plus ses revenus sont élevés, plus cette durée est courte.

Le dispositif Scellier

Destiné exclusivement aux investisseurs, le dispositif Scellier a pour vocation d’encourager l’achat de logements dont le niveau de performance énergétique est certifié par l’obtention d’un label BBC 2005.

Le dispositif Scellier permet de bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu pour l’achat d’un logement destiné à la location. Le logement doit être neuf, porteur du label BBC 2005, loué non meublé comme résidence principale pendant au moins 9 ans, sous plafond de loyers, situé dans certaines zones du territoire. Il peut être acheté neuf ou en l’état de futur achèvement. Le locataire ne doit pas faire partie de du foyer fiscal de l’investisseur. Il doit habiter le logement au plus tard 1 an après l’achat ou l’achèvement des travaux.

Le montant maximum retenu pour une opération loi Scellier est de 300 000 € par logement pris en compte, dans la limite d’un prix au m2.

Les taux appliqués sont de 13 % pour les permis de construire déposés à compter du 1er janvier 2012. L’avantage fiscal peut être renforcé si les revenus du locataire sont inférieurs à des plafonds de ressources, et que le loyer se situe en dessous de plafonds spécifiques au « Scellier intermédiaire ».

Par ailleurs, le taux du complément de réduction d’impôt accordé aux investissements dont la location reste consentie dans le secteur intermédiaire après la période initiale de l’engagement de location est de 4 % du prix de revient du logement par période triennale.

L’exonération temporaire de la taxe foncière

Cette exonération temporaire de 50 ou 100 % concerne les logements neufs achevés après le 1er janvier 2009 et titulaires du label BBC 2005.

Elle est de 5 ans ou plus, et s’applique à partir de l’année suivant l’achèvement de la construction (ou de la 3e année si le logement bénéficie déjà d’une exonération de 2 ans).

Elle est applicable si la commune où se situe le logement a pris la délibération d’exonération de la taxe foncière.

Les autres aides

Pour encourager la construction de logements très performants ou l’utilisation des énergies renouvelables, certaines régions, départements, communes, intercommunalités… peuvent accorder des aides. De même, de nombreuses collectivités territoriales, dans le cadre d’un Plan Climat, aident les particuliers qui font installer dans leur logement des équipements utilisant des énergies renouvelables. Ces subventions portent en général sur la main d’oeuvre.

Attention : La demande de subvention doit être faite avant la réalisation de l’installation.

Trécobat vous conseille et vous aide à monter votre dossier de financement pour mieux profiter de ces aides. N’hésitez pas à nous consulter pour toutes questions ou besoins d’informations complémentaires.

L'étiquette énergie permet de visualiser facilement les performances d'une maison

Un sondage mesure l’impact du DPE sur les transactions immobilières

En janvier dernier, une étude menée par TNS-Sofres auprès de 868 ménages, de 200 agents immobiliers et de 100 notaires, a mis au jour l’impact réel qu’a le DPE (diagnostic de performance énergétique) sur les transactions immobilières.

L’étiquette énergie permet de visualiser facilement les performances d’une maison

La classe énergétique issue du DPE dans le cadre de la vente, de l’achat ou de la location d’un logement est-elle importante pour la transaction ? Assurément oui, selon les résultats réalisée en janvier dernier par TNS-Sofres. Et de fait, plus de quatre ans après sa mise en œuvre, le DPE est aujourd’hui un indicateur de référence pour les ménages.  Pour 8 sondés sur 10 en situation d’achat ou de location d’un logement, le DPE est important. Et, pour plus d’1/3, ce serait un critère « très important ».

Côté vendeurs, environ 7 sur 10 accorderaient au DPE une attention particulière comme élément influent sur le prix final de la vente, 37 % estiment ainsi que le DPE a eu une influence et 12 % une grande influence. 3 vendeurs sur 10 seulement considèrent le DPE comme une simple formalité administrative.

Côté acheteurs, 81 % des sondés attestent qu’ils ont pris connaissance du résultat du DPE des biens envisagés. Pour la plupart, ils se souviennent d’ailleurs de la classe énergétique attribuée, ce qui atteste de fait de son influence. En terme d’influence sur le prix final de l’achat, les résultats obtenus par TNS-Sofres sont assez comparables à ceux des vendeurs : 36 % de l’ensemble des acheteurs estiment que le DPE a eu une influence sur le prix final, et 14 % une grande influence. Autres enseignements : La majorité des acheteurs n’ont pas réalisé les travaux d’amélioration de la performance énergétique recommandés par le DPE. Les 40 % restants, les ont réalisés, mais pour 2/3 d’entre eux seulement en partie.

Du côté des professionnels de l’immobilier, le DPE est considéré comme utile, simple à comprendre et à expliquer. Si l’intérêt des clients ressentis par les professionnels pour le DPE est jugé assez faible, ils notent un réel progrès depuis l’affichage obligatoire de la classe énergétique.

Le bois est l'un des grands composants de la biomasse en France.

Mieux mobiliser la biomasse : le grand défi français !

La biomasse, autrement dit les végétaux d’origine agricole ou forestière, est aujourd’hui l’une des sources d’énergie les plus compétitives pour produire de l’énergie en France. Si les ressources françaises sont immenses, elles pourraient largement mieux être mobilisées.

Le bois est l’un des grands composants de la biomasse en France.

Dans le cadre de sa politique de réduction de sa dépendance aux énergies fossiles et de lutte contre le changement climatique, la France s’est fixé des objectifs très ambitieux dans le cadre des lois du Grenelle de l’environnement. Parmi ces objectifs, celui de développer les énergies nouvelles fait largement appel à la mobilisation des ressources de la biomasse. A l’horizon 2020, la France souhaite que la biomasse concoure à 40 % de l’ensemble des énergies nouvelles. Qu’appelle-t-on la biomasse ? En fait, la biomasse est le nom générique qui recouvre tous les végétaux d’origine agricole ou forestière. En France, les ressources de la biomasse reposent essentiellement sur la forêt. Il s’agit notamment du bois et des végétaux agricoles, mais aussi des déchets de l’activité agricole et des industries agroalimentaires, des déchets de bois de l’industrie du bois (scierie, ameublement, construction…) et de l’activité économique en général (palettes), déchets verts. Dans une moindre mesure, la biomasse française est aussi composée des végétaux d’origine aquatique et marine.

Si les ressources pour atteindre l’objectif du Grenelle de l’environnement sont belles et bien disponibles en France, les mobiliser à la hauteur de 40 % de l’ensemble des énergies nouvelles est un grand défi ! En effet, selon l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (Ademe), « l’atteinte des objectifs du Grenelle Environnement nécessite la mobilisation de 10,7 millions de Tonne Equivalent Pétrole/an de biomasse supplémentaires ». Une grande partie du gisement additionnel nécessaire se trouve en forêt (95%), sous forme de feuillus (85%) et en domaine privé (77%). « Déjà dans les conditions technico-économiques actuelles, 3,9 millions de TEP de biomasse forestière pourraient être mobilisées par an de manière économiquement rentable. »

 

La moitié des ressources inexploitées

Selon l’Ademe. « Un peu plus de la moitié de la production annuelle de bois de l’ensemble des forêts françaises est aujourd’hui récoltée ». Pourquoi n’exploite-t-on pas la moitié restante ? En fait selon l’Ademe, plusieurs facteurs expliquent cela. Certaines zones sont aujourd’hui peu ou pas exploitées en raison de contraintes techniques (forêt peu accessible), et de contraintes économiques (manque d’infrastructures). L’autre grand souci tient au fait qu’une large part du domaine forestier appartient à de nombreux propriétaires privés. « Si 81 % d’entre eux sont convaincus de la nécessité d’entretenir et renouveler leur parcelle de forêt, seuls 34 % réinvestissent vraiment dans leur bois ». La contrainte majeure qui pèse sur la biomasse est donc bien là. Quelles pourraient être les solutions pour potentialiser ce gisement naturellement riche en France ? L’Ademe estime que différentes mesures peuvent être envisagées parmi lesquelles la lutte contre le morcellement de la propriété forestière en favorisant les regroupements de parcelles. A l’image du dispositif du « droit de préférence » mis en place par l’Estonie, qui permet à un propriétaire forestier d’être prioritaire à l’acquisition d’une parcelle voisine, la France a adopté en 2010 dans le cadre de la Loi de Modernisation Agricole un dispositif similaire pour les parcelles inférieures à 4 hectares.

 

L’amélioration de la concertation entre acteurs de la filière est également en question. « En Autriche, par exemple, les propriétaires forestiers doivent adhérer systématiquement à des associations qui leur apportent des conseils juridiques, fiscaux, économiques et qui peuvent également planifier des opérations de récolte, d’éclaircies, d’entretien, de reboisement dans leur forêt, ainsi que la logistique des approvisionnements en bois de leurs clients ».

 

Une autre action souhaitable selon l’Ademe, serait « de promouvoir plus fortement l’utilisation de bois dans la construction et se coordonner avec les opérateurs pour mobiliser les déchets bois issus de cette activité ».

 

Pour en savoir plus : http://ademe.typepad.fr/files/cp_ademe_mobilisation_biomasse_090212.pdf

Une maison BBC se vend plus chère qu'une maison RT 2005.

La valeur verte dans l’immobilier ou la plus-value d’une maison BBC

Le 13 avril dernier, l’Ademe publiait dans le cadre de sa lettre Stratégie & Etudes, un vaste dossier sur l’émergence de la valeur verte dans l’immobilier. On y apprend notamment que la plus-value d’une construction BBC neuve s’établit en moyenne à 100 € le m2 par rapport à un bien non BBC.

Une maison BBC se vend plus chère qu’une maison RT 2005.

En l’absence de chiffres officiels français, et en comparaison avec les différentes pratiques constatées à l’international, l’ADEME et le cabinet Sogreah ont tenté de chiffrer par une approche théorique ce que pourrait être la valeur verte en France. Pour bien comprendre, la valeur verte dans l’immobilier est en quelque sorte la plus-value que l’on donne à une maison à faible consommation d’énergie. Autrement dit, la valeur verte correspond à la valorisation économique de la performance énergétique dans son prix de vente d’un logement. Certains pays disposant d’études et de données ont déjà évalué une valeur verte pour les constructions BBC. Cette valeur de gain par rapport aux prix de marché est ainsi de l’ordre de 2,5 % aux Pays-Bas, 4 à 6 % en Allemagne, de l’ordre

de 5 % aux États-Unis, de 4 à 7 % en Suisse. Et en France ? La valeur verte théorique estimée sur la base de la valeur additionnelle des logements respectant la RT 2012 par rapport aux mêmes logements respectant la RT 2005 se situe autour de 100 €/m2 SHON en maison individuelle et de 60 €/m2 SHON en logement collectif.  Dans l’ancien, le calcul est plus compliqué, puisque la valeur verte doit prendre en compte la somme actualisée des économies d’énergie conventionnelle attendues et des éventuels surcoûts lors du renouvellement des équipements. Plusieurs scénarios ont donc été imaginés par l’Ademe et Sogréah, en fonction notamment des sources d’énergie utilisées au départ (coût du kWh différent), de l’âge du logement et du prix de marché initial pour ce type de logement (plus ce prix est bas, plus le pourcentage de valeur verte induit par les économies d’énergie sera élevé). Selon les scénarios, la valeur verte dans l’ancien est entre 5 et 30 % de la valeur vénale des biens.

L’Ademe va affiner au fil des mois cette approche théorique, en complétant l’analyse avec une étude empirique en cours à partir de la base de donnée des notaires.

Les Maisons Trécobat étant toutes certifiées BBC, elles vous permettent de valoriser votre investissement sur le long terme, que ce soit pour un projet de construction traditionnelle ou un projet de construction en ossature bois.

Pour en savoir plus sur la valeur verte : http://ademe-et-vous.ademe.fr/strategieetudes-n-32-12-avril-2012